1996: MORT OU VIF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1996: MORT OU VIF

Message  LUPIN le Mer 8 Nov - 23:05

Postez ici tous vos commentaires sur ce titre!

_________________
Visitez le site et le forum d'EDGAR DE LA CAMBRIOLE
avatar
LUPIN
WEBMASTER
WEBMASTER

Nombre de messages : 1556
Age : 39
Localisation : L'Aiguille Creuse
Date d'inscription : 08/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://http://edgardelacambriole.forumculture.net/

Revenir en haut Aller en bas

DEAD OR ALIVE!

Message  Xanathos le Dim 15 Juil - 19:38

Je viens de le voir et je trouve que c'est un très bon film.
Il est assez diffétent des long métrages animés précédents, il est plus sombre et plus sérieux. De plus le graphisme est plus proche du style graphique du manga que les autres adaptations animées (et pour cause c'est Monkey Punch qui est aux commandes!)
Le scénario est bien construit, les rebondissements sont nombreux et réserve pas mal de surprises. Néanmoins il souffre tout de même de quelques longueurs.
Cependant, le personnage le plus surprenant dans "Mort ou Vif" est bel et bien l'inspecteur Zenigata. On à l'impression qu'a travers ce film, Monkey Punch voulait rendre ces lettres de noblesse à ce personnage malchanceux.
Dans "Mort ou Vif", l'inspecteur Zenigata est un homme posé, réfléchi, méthodique et calculateur. Il donne beaucoup de fil à retordre à notre héros ce qui fait de lui un ennemi digne de ce nom.
Nous sommes loin du bouffon clownesque (mais désopilant) qu'il était dans la plupart des long métrages animés précédents.

Quant au méchant, le général Kubikari, c'est un dictateur cruel, impitoyable et sans scrupules. De tous les films animés cinématographiques de Lupin III, c'est peut être l'ennemi le plus marquant qu'ait eu à affronter Lupin avec le terrible comte de Cagliostro.
Lupin fait aussi plus "bad boy" que dans les autres films, il est moins désintéressé que dans Nostradamus ou il faisait plus penser à un aventurier qu' a un voleur.

Enfin pour ce qui est de la réalisation technique, elle est très soignée, l'animation est excellente et la mise en scène plutôt inspirée.

En bref, "Mort ou Vif" n'est pas mon film préféré, mais il n'en demeure pas moins une belle réussite qui fait honneur à la saga!
Monkey Punch a fait du très bon boulot!

Sinon le DVD a un petit bug: j'ai maté le film en VOSTF et la dernière phrase de Lupin n'a pas été traduite, il a fallu que je bascule la piste audio en VF (sic) pour piger ce qu'il dit!
avatar
Xanathos
Maître Suprême de la Cambriole
Maître Suprême de la Cambriole

Nombre de messages : 240
Age : 38
Localisation : Tahiti, Polynésie française
Date d'inscription : 19/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  Edgar le Mar 18 Sep - 10:23

Xanathos qui est toujours le premier à donner son avis Crying or Very sad Du coup, nous, on a plus grand chose à dire Neutral

Ah si : le méchant vraiment génial ici, c'est pas le général Exclamation mais son conseiller. Il est machiavélique, et a vraiment la classe Cool

Précisons aussi qu'au delà de l'aspect plus "sombre" et "sérieux" du film, il y a également des scènes assez violentes Shocked Celle de la décapitation par exemple, ou encore l'autre qui se fait trancher en deux à la fin Suspect

Le passage que j'ai préféré, c'est quand Zenigata met une branlée d'anthologie à des soldats de Zufu affraid Faut pas le chercher le Zaza Exclamation
avatar
Edgar
ANIMATEUR DU FORUM
ANIMATEUR DU FORUM

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 15/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  remington le Sam 29 Déc - 19:56

Ecnore un grand moment devant les aventures de Lupin et sa bande .

L'animation diffère un peu de d'habitude mais cela reste magnifique ,l'histoire est percutante et les rebondissments vraiment bien foutue bref un bon film..........

_________________
http://elvira.forumculture.net/index.forum

http://img47.imageshack.us/img47/7726/lupin44oa6.jpg

avatar
remington
ANIMATEUR DU FORUM
ANIMATEUR DU FORUM

Nombre de messages : 1208
Date d'inscription : 24/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  lufiakin the first le Sam 5 Juil - 15:31

pour ma part ,je l'ai trouver très bon,dans cet opus on s'aperçoit que le dessin des personnage est plus mature,on a l'impression qu'ils ont grandi du coup ca rend le film un poil plus sérieux .

par contre des que lupin est en situation critique,comme sur l'ile ou les pointes et lames sortent de partout on revoie le délire des anciens animés.
avatar
lufiakin the first
As de la Cambriole
As de la Cambriole

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 15/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://naacals-labd.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  BanishedPrince le Ven 26 Sep - 0:12

Un film intéressant, mais qui ne se classe pas parmi mes préférés.

Avec Monkey Punch aux commandes, j'avais peur d'un Lupin beaucoup plus "bad boy" et surtout en train d'assaillir toutes les filles sur son passage...
Ouf, ce n'est pas le cas!
Par contre, on retrouve bien sa griffe dans le graphisme et même si c'est différent, cela ne me déplait pas.

J'ai beaucoup apprécié l'abondance d'idées pour le scénario et le développement de plusieurs des personnages secondaires.
Surtout Oleander. Avec les scènes lentes, on sent vraiment "vivre" ce personnage.

L'esthétique est en effet très soignée, mais je ne dirais pas que l'animation est au top non plus. Suivant les scènes, c'est un peu inégal.

Comme Lufiakin, j'ai du mal avec ces scènes de couteaux qui sortent de partout et où le fantastique prend parfois le dessus sur un scénario qui fonctionnerait très bien sans...
avatar
BanishedPrince
Grand Maître de la Cambriole
Grand Maître de la Cambriole

Nombre de messages : 192
Date d'inscription : 08/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  veggie 11 le Sam 11 Fév - 1:01

Dernier film de la saga, Dead or Alive est assurément une réussite mais aussi une oeuvre un peu à part : imaginez donc, supervisé (et un peu réalisé) par Monkey Punch aux commandes ! Du Lupin qui retourne à ses origines ne pouvait qu'apporter une oeuvre admirable. Pari réussi.

L'histoire nous entraîne dans un pays imaginaire, une spécialité assez spécifique à l'oeuvre papier, notamment dans les suites comme Lupin Y ou Lupin M Neo. Comme souvent c'est le cas dans les deux séries que j'ai cité, le pays est régi par une dictature (ou alors renversé par un coup d'état militaire). Le gouverneur actuel est un tyran sans pitié qui exécute ses hommes avec des couteaux et retient en otage la fille du roi qu'il a assassiné. Un futur adversaire de taille redoutable qui ne décevra pas dans le combat final par ailleurs, même si sa fin est sujet à discussion (j'y reviendrai).

Film pour adultes oblige, Lupin n'est pas venu au Zufu (le pays concerné) pour éliminer le gros méchant, lui ce qu'il veut c'est le trésor mystérieux caché sur une île difficile d'atteinte car exposée en pleine mer et surtout gardée par de redoutables armes gigantesques prêtes à décapiter l'imprudent qui ose parvenir jusqu'à la porte principale où est censé se trouver le trésor. La première tentative de Lupin et sa bande d'y entrer se solde par un lourd échec (et une expression hilarante de Lupin qui vient de se faire mal aux fesses à cause de l'une de ces fameuses armes. Après quelques recherches, notre cambrioleur nous fait part des découvertes qu'il a entreprise : l'île est surveillée par des nanomachines, une nouvelle technologie de pointe constituée de particules invisible à l'oeil nu. Néanmoins, Lupin ne se décide pas à lâcher le morceau et s'il ne peut y entrer facilement, il décide de kidnapper la princesse retenue en otage par le gouverneur du pays. Cette décision lui attirera les foudres du gouverneur qui envoie à sa poursuite une espionne du nom d'Oleander (Ole pour les intimes).

Ce qui frappe avant tout dans ce scénario bien mené c'est l'importance des nouvelles technologies (certes d'époque mais révolutionnaires en 1996) : ordinateurs, disquettes, nanomachines, tout y est. Le film se permet même l'utilisation de nouvelles technologies d'animation comme une 3D certes ayant vieillie mais efficace et encore plutôt bien fichue. L'animation est soignée de même pour les dessins. A ce titre, je reste une grande fan du chara-design employé dans ce film, les croquis préparatoires étant déjà de toute beauté et la réalisation n'a absolument pas altéré le trait du chara-designer. Ce design est repris du trait récent employé par Monkey Punch dans ses dessins de couverture, principalement la réédition de 1989 (eh oui ça date...) en 7 pavés pour l'intégral des deux séries. On peut y remarquer aussi une forte ressemblance avec les dessins d'Alis Plaud, le spin-off italo-nippon de 1994. Le trait employé sur Lupin et sa bande est tout bonnement superbe et conserve même certaines caratéristiques caricaturales chères à Monkey Punch (voir notamment le visage de Lupin ou encore le corps des personnages, très mince avec des jambes particulièrement longues et les mains plutôt grosses et poilues pour ces messieurs, ce qui n'est pas sans rappeler le design de ''Lupin III : les clones de Mamo'').


La fidélité à l'oeuvre de Monkey Punch reste cependant discutable, probablement parce que l'auteur a préféré confier une grande partie du travail à son assistant réalisateur tant ce projet l'a épuisé. Il est certain que la violence et l'ambiance sombre de son oeuvre s'y retrouvent parfaitement. Les thèmes abordés sont tout à fait plausibles vis-à-vis du manga de même que pour la personnalité des personnages principaux.

Fujiko rien à dire, elle est fidèle à elle-même en femme indépendante et attirée par l'argent et le luxe.

Zenigata retrouve pour la première fois sa véritable personnalité après des années de controverse où il était davantage un inspecteur émotif et absent bon à servir de comique de service. Les derniers Tv spéciaux étaient particulièrement pénibles sur ce point. Le Dictionnaire de Napoléon a essayé de modifier un peu ce cliché, mais ça n'a pas duré longtemps. Ici il est intelligent, brutal, malin... bref vraiment crédible. Du (très) bon boulot. De plus, ce sacré inspecteur ose défier le gouvernement du Zufu avec classe en s'attaquant aux policiers ! Mais que demander de plus ?

Lupin n'est pas très porté sur la ''chose'' dans ce film contrairement à ce que l'on pourrait attendre après avoir vu le premier film, mais il reste assez proche du manga : classe, malin, habile, audacieux et il s'intéresse tout de même aux filles, même s'il regarde peu dans leur décolleté. Les situations comiques sont toujours un régal et il a des répliques fort bien étudiées.

Dommage que Jigen et Goemon aient des rôles assez moyens car au niveau de leur personnalité c'est le grand retour des complices classes. Peut-être un peu plus d'indépendance vis-à-vis de Lupin aurait été intéressant, mais je suppose qu'il s'agit davantage de la vision propre à Monkey Punch.

Les personnages principaux sont globalement intéressants, surtout les ''méchants'' qui ont des personnalités radicalement différentes l'un de l'autre. Le premier - le général Kubikari - s'en prend à Lupin pendant que son homme de main Crysis est l'ennemi juré de Zenigata depuis que celui-ci a refusé - avec grande classe - de quitter le Zufu sans Lupin. Dommage pour Ole qui aurait demandé à un développement plus approfondi et surtout à un peu plus d'action, on a parfois du mal à voir en elle une espionne du gouvernement. Son histoire avec le prince Panish n'avait absolument rien à faire dans une adaptation fidèle au manga, mais bon au moins on a droit à une bonne dose d'émotion (même si la machine à guimauve tourne un peu trop à mon goût).

Déception malgré tout pour ma part concernant la fin : si les fins en queue de poisson sont légion chez Monkey Punch, elles ont le mérite d'être bien menées même si parfois on a une folle envie d'une suite tant certains éléments n'ont pas eu de réponse concrète. Ici c'est le cas : alors que tout semblait plus ou moins bien se régler, un coup de théâtre inattendu débarque vers les dernières minutes et chamboule toute logique scénarique pourtant parfaitement équilibrée jusqu'ici. J'avoue que je n'ai toujours pas vraiment compris où l'auteur voulait en venir, enfin plus ou moins oui mais il manque quelque chose. Quelques minutes supplémentaires n'auraient sans doute pas été de trop. En revanche la scène finale est très classe sur fond d'ending rock qui pulse et donne envie d'acheter le CD rien que pour ce morceau.


Un dernier mot sur la VF : beaucoup de fans la détestent, ce que je peux comprendre, mais sur ce film je trouve qu'ils ont fait un bel effort. On sent que les comédiens commencent à rentrer dans leur personnage respectif et le ton est plus sérieux et mieux travaillé, probablement en raison de l'ambiance mature de ''Dead or Alive'', proche d'un film live réservé à un public adulte. C'était la bonne surprise de l'édition DVD Dybex.

avatar
veggie 11
Maître Suprême de la Cambriole
Maître Suprême de la Cambriole

Nombre de messages : 566
Age : 28
Localisation : Alpes suisses
Date d'inscription : 01/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://www.naru1202.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  mauser91 le Sam 11 Fév - 1:09

Et pour une fois, dans la VF, ils prononcent Fujiko Miné et pas Mine. Et j'ai cru entendre Goémon prononcé correctement par Lupin, enfin, il me semble...
avatar
mauser91
Maître Suprême de la Cambriole
Maître Suprême de la Cambriole

Nombre de messages : 317
Age : 26
Localisation : Là ou aucun homme n'est jamais allé
Date d'inscription : 23/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1996: MORT OU VIF

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum